mercredi 25 avril 2018

La maison à droite de celle de ma grand-mère de Michaël Uras

Résumé :

"Giacomo, ne tarde pas. Les médecins sont formels, la fin est proche"
C'est ainsi que notre héros, une jeune traducteur espiègle et rêveur, retourne sur l'île de son enfance, où sa grand-mère est au plus mal. Et alors qu'il doit rendre un travail sans tarder, soudain, c'est toute la Sardaigne qui le retient : Maria, sa mère, qui n'a jamais vraiment compris pourquoi son fils adoré l'avait quitté. Mario, le mère taiseux, l'envahissant oncle Gavino, Manuella, l'épicière du village, dont Giacomo, enfant, était secrètement amoureux, la jolie dottoressa Alessandra, qui s'occupe de sa grand-mère à l'hôpital, Fabrizio, l'ami d'enfance au corps cabossé et au grand cœur et, surtout, le mystérieux Capitaine, figure tutélaire et énigmatique...
D'une crique perdue aux ruelles pittoresques que bordent les maisons de couleur, entre une bouchée de dolci et les pastilles miraculeuses du Docteur Ignazio, pas de doute, la maison de Giacomo est une île.
Mais que va-t-il y découvrir ?


Avis :

Aujourd'hui, je vous emmène avec moi faire une petite ballade en Sardaigne où tout ne sera pas un long fleuve tranquille. En effet, la première de couverture qui invitait à une lecture légère et estivale est trompeuse car nous empruntons le chemin de l'enfance de Giacomo, avec la mélancolie que va entraîner la remémoration des souvenirs de son enfance.

Giacomo est traducteur. Il est missionné pour traduire le célèbre "Moby Dick" de Melville. C'est un travail qui demande beaucoup d'adresse et d'attention ! De retour sur son île, en Sardaigne, il retrouvera avec beaucoup de tristesse sa famille mais surtout sa grand-mère qui est malheureusement condamnée... Il ne reste à cette dernière que quelques jours à vivre.

Ce retour en famille va amener notre héros à se remettre en question, à se poser des questions sur sa vie ce qui nous entraînera dans son passé où la nostalgie le gagnera et nous, lecteur nous fera vivre des passages de son enfance. En retrouvant le chez-lui qu'il a fui, il va retrouver une part de lui. Au moment de partir, ce sera difficile pour lui de quitter l'île qu'il a quitté avec tant de facilité avant...

Giacomo est un personnage finalement auquel on s'attache. Je pense que sa maladresse n'est pas étrangère à ce phénomène, on se prend à vouloir détendre l'atmosphère. Il est le fils unique et est très attaché à sa mama ou c'est peut-être la mama qui est attaché à son petit...

J'aime beaucoup le style de Michaël. C'est toujours un plaisir pour moi de lire ses ouvrages qui sont toujours emprunt de tendresse et qui tourne autour de l'humain. Ici, sa plume est un brin sarcastique (tout ce que j'aime !) avec une touche humoristique qui plaira à tous.

Ce roman est mélancolique, loin d'être joyeux comme pourrait nous le suggérer la première de couverture mais il est tendre comme un ourson au chocolat. On va faire la rencontre de plusieurs personnages variés qui vont apporter beaucoup au récit ; ils ont tous quelque chose à nous montrer, sous leur regard bien veillant.

Le passé et le présent vont se télescoper dans la tête de Giacomo qui prend grand soin à se balader dans sa vie passée, dans ses rêves pour faire le rapprochement avec sa vie actuelle. Ces réflexions sont pertinentes, sont troublantes, déroutantes.

C'est un roman touchant, sincère, profond mais bien plus profond et sérieux qu'il n'y paraît. Ne pas se fier aux apparences prend tout son sens ici.

Tout ça pour vous dire que "La maison à droite de celle de ma grand-mère" est un livre différent de ce à quoi je pensais au début mais n'en reste pas moins une lecture agréable.


Note : 7/10


Je remercie Préludes Editions pour ce service de presse.

14 commentaires:

  1. Ce roman pourrait me plaire, je trouve que pour la saison estivale il serait parfait.

    RépondreSupprimer
  2. J'aime beaucoup la couverture qui me fait penser au vacances. En tout cas, merci pour cette découverte.

    RépondreSupprimer
  3. Je ne suis pas forcément tentée par le résumé, mais j'ai beaucoup aimé lire ton avis ma belle !

    RépondreSupprimer
  4. Oh, pourquoi pas ! J'ai bien envie de tenter :D

    RépondreSupprimer
  5. Sacrée chronique qui donne envie de découvrir ce livre. Je le mets dans ma wish-list !

    RépondreSupprimer
  6. surmatabledenuit28 avril 2018 à 11:24

    Merci pour la découverte !!!

    RépondreSupprimer