samedi 26 mai 2018

Pinceau magique : les dinosaures et animaux du monde


Résumé :

Grâce à ton pinceau magique rempli d'eau, c'est facile de peindre sans te tâcher !
Peins avec de l'eau pour voir apparaître les couleurs. Laisses sécher et recommence à l'infini sur ton carnet !


Avis :

C'est magique ! Il suffit de remplir le stylo/pinceau avec de l'eau puis de le passer sur les décors du carnet pour voir apparaître comme par magie les couleurs des dinosaures ou des animaux du monde.

Dès que c'est sec, les couleurs disparaissent à nouveau pour que l'enfant puisse une fois recommencer à peindre, et ce, jusqu'à l'infini !

Grâce au pinceau magique, c'est une nouvelle façon de peindre à l'eau sans sa tâcher, sans avoir besoin de beaucoup de matériel car tout est contenu en deux accessoires.

Le seul petit bémol est que sa sèche très vite donc cela a été un peu galère de vous faire des photos. Je vous avais fait une vidéo mais qui est trop lourde à charger. Je vais essayer de la poster sur les différents réseaux sociaux pour que vous puissiez la voir.

C'est une activité ludique, simple et agréable que je vous recommande chaudement malgré ce bémol !

Une activité appréciée des enfants mais aussi des parents !


Note : 9/10


Je remercie chaleureusement Gründ pour ces services de presse.

Les animaux en panoramique

Résumé :

UNE EXPÉRIENCE DE LECTURE AUSSI ORIGINALE QUE SPECTACULAIRE.

Le lecteur déplie les pages à son rythme pour faire apparaître une grande fresque visuelle fourmillant de détails colorés et de contenus pertinents, amusants et parfois déconcertants.

Les animaux en panoramique, ce sont 8 dépliants pour une découverte progressive de tous les secrets de la faune : le podium des records de vitesse, les menus gastronomiques du boursier ou du tamanoir, les leçons de séduction de l'iguane ou du lum...


Avis :

Je vous propose un livre qui devrait plaire aux jeunes comme aux moins jeunes.

Ce livre se déplie sur plusieurs pages pour un même thème comme vous pouvez le voir sur la photo.

Les intitulés des thèmes sont originaux, différents et variés : 
- un bébé dans la poche,
- qui mange quoi ?,
- à chacun sa maison,
- sauve qui peut,
- les feux de l'amour (qui ne connaît pas les feux de l'amour ?!),
- paroles d'animaux,
- champions les animaux,
- SOS animaux

On parle dans cet ouvrage des animaux disparus, menacés mais aussi de l'écologie et de la bio-diversité. La découverte du monde animal sous un angle vraiment nouveau, de façon ludique pour affûter davantage la curiosité des lecteurs.

J'ai beaucoup aimé ce livre responsable qui nous apprend des choses de façon ludique, agréable, coloré. Les illustrations sont vraiment magnifiques. Les petits lecteurs tomberont amoureux tout comme moi j'en suis sûre.

Pour les foyers connectés, vous pouvez trouver des QRCodes pour regarder des vidéos.


Note : 10/10


Je remercie les éditions Saltimbanque pour ce service de presse.

vendredi 25 mai 2018

Tout commence aujourd'hui-Le journal de Léa Jaune de Frédérique Hespel

Résumé :

Léa a tout pour être heureuse : un job créatif, trois enfants sympas, un super-héros de mari, des copines aux petits soins... Mais, dans sa vie qu'elle croyait si bien rangée, un petit grain de sable va venir enrayer la machine... Et là, tout s'emballe !


Avis :

Pour les quarante ans de Léa, son mari lui offre un cadeau assez insolite pour tout vous dire car c'est un journal intime ! Dans ce journal, elle pourra y noter tout ce qui lui fait envie.

Elle va se prendre au jeu et va commencer à noter les choses de son quotidien. Son mari super génial, ses enfants qui ont une vie bien remplie (une ado amoureuse, un pré-ado intello qui va fuguer et le dernier qui souhaite prendre des cours de danse classiques). Elle parlera également de ses meilleures copines : une couguar et une mère presque parfaite car elle présente bien en apparence mais en grattant un peu le vernis, on s'aperçoit que ce n'est pas tout à fait le cas... Aucune mère n'est parfaite, qu'on se le dise mesdames !

Un beau jour, un acteur très connu et sexy à souhait va faire une entrée fracassante dans sa vie. Ce sera le commencement de la fin pour notre Léa qui va se retrouver à faire des choses impossibles et inimaginables comme des soirées sous la table, une carrière de pôle danse avortée avant même d'avoir réellement débutée... Je pense que vous l'aurez compris mais avec Léa on n'a pas le temps de s'ennuyer ! On rit de ses frasques, de ses idées, des situations dans lesquelles elle va se trouver.

L'arrivée de cet homme va créer un tsunami dans la vie de Léa mais heureusement, elle pourra compter sur le soutien de ses amis mais aussi de son mari.

J'ai beaucoup apprécié le personnage de Léa qui est "normal". Elle pourrait être vous ou moi. On s'identifie facilement à elle. On rit de ses aventures, de ses maladresses, de ses peurs, de ses joies. On se prend à vibrer pour elle et à développer de l'empathie pour Léa. Une certaine proximité se lie avec ce personnage haut en couleurs.

Ce feel-good vous donnera le sourire du début jusqu'à la fin de votre lecture. Au début, j'avais un peu peur de tomber sur une lecture lourdingue mais il n'en est rien, je suis ravie de m'être trompée !

La plume de l'auteur est belle, fluide, sensible, rempli d'humour. Tous les codes du roman feel-good ont été respecté par l'auteur pour nous offrir un récit de qualité. Les chapitres sont courts ce qui fluidifie davantage la lecture. Le tempo est donné d'entrée de jeu ce qui ne laisse pas de répit au lecteur. Les rebondissements et les situations s'enchaînent à la pelle pour notre plus grand bonheur.

Frédérique nous propose un petit Bridget Jones à la française à quelques détails près comme par exemple le fait que nous ne suivons pas les tribulations amoureuses d'une trentenaire mais qu'on suit les frasques d'une quadra.

Ce petit pavé est un livre qui nous veut du bien le temps de quelques pages, qui nous permet de nous vider la tête.

Si vous approchez la quarantaine (ou pas !), je ne peux que vous recommander la lecture de ce livre qui vous donnera le sourire du début à la fin et bien plus encore...


Note : 8/10

Je remercie les Editions Déliées pour ce service de presse.

Le cheval de Troie de Colleen McCullough

Résumé :

Priam, roi de Troie, refuse de donner à Hercule la récompense promise pour avoir tué le lion qui dévorait ses chevaux. Pâris, son fils, enlève la belle Hélène, l'épouse du roi Ménélas. Ces deux affronts, que seul le sang peut laver, sonnent le début d'une guerre entre Grecs et Troyens qui durera dix ans. Mais c'est compter sans "Ulysse aux Mille Ruses" qui imagine le stratagème du cheval de bois permettant d'introduire toute une armée dans la Cité...

Avec la rigueur d'une historienne et la passion d'une romancière, Colleen McCollough dépeint les tourments des humains manipulés par les dieux, les combats et les amours contrariées des héros de L'illiade. Soldat et roi, princesse et servante, demi-dieu et monstre mythique, tous prennent la parole tour à tour pour raconter leur guerre de Troie-ce qui confère à ce récit une vivacité et une modernité saisissantes.


Avis :

L'auteur est connu pour avoir écrit "Les oiseaux se cachent pour mourir" mais aussi pour sa saga historique "Les maîtres de Rome". Je vous propose de la découvrir ici avec la guerre de Troie mais vu par son regard de lynx...

Attention, tout y passe, l'auteur nous a concocté un pavé digne de ce nom ! Mais pour se faire elle a décidé de faire parler chacun des protagonistes, ce qui peut vite nous plonger dans le récit mais qui a un inconvénient malgré tout, c'est qu'elle les fait parler à tour de rôle et revient sur eux c'est-à-dire que les seize premiers chapitres commencent par le récit de Priam, de Pélée, de Chiron... Et revient avec les premiers personnages à partir du chapitre dix-sept et ce, jusqu'au dernier chapitre. Cela a été un brin déstabilisant ! En revanche, j'ai beaucoup apprécié l'épilogue que nous propose l'auteur.

Dans ce récit, vous allez trouver des héros célèbres que composent la mythologie grecque prendre la parole à tour de rôle. Si j'ai saisi l'idée de départ, l'auteur a malheureusement mal exploité son idée car "Le cheval de Troie" de Colleen McCullough n'a pas su incarner les différents personnages à travers sa plume qui est restée constante. Je m'attendais qu'à chaque changement de personnage, il en aurait été de même avec le style d'écriture, avec le vocabulaire utilisé (problème de trad ?), sur le ton employé... Bref, on se rend vite compte que finalement, elle nous propose un roman normal alors qu'il y avait matière à ! Donc l'alternance d'histoire était une idée judicieuse mais qui n'a aucun intérêt ici finalement.

Ce roman est respectueux de l'histoire donc l'auteur n'a apporté aucun changement à l'histoire que nous connaissons. Elle est restée dans l'esprit et le respect de la mythologie grecque telle que l'on nous l'a appris à l'école. Ne vous attendez donc pas à une nouvelle version, édulcorée ou autre, ici, il n'y a pas de réelles surprises ne serait-ce que le plaisir de lire du Colleen McCullough.

Pour les lecteurs qui ne connaissent pas toute l'histoire de la bataille de Troie, qui n'ont pas lu "L'Illiade" de Homère, vous pouvez vous jeter sur cette édition qui est la plus fidèle et moderne du récit d'origine.

Tout ça pour vous dire que malgré les quelques défauts que comptent ce récit, il n'en reste pas moins que j'ai pris du plaisir à lire ce livre où l'auteur nous transporte le temps de quelques pages dans la Grèce antique...


Note : 8/10


Je remercie LP Conseils pour ce service de presse.

Le scarabée bleu, une invitation au voyage d'Emmanuelle Jappert

Résumé :

"Anicha, tu n'iras pas à Marrakech à ton âge ! Tu as juste seize ans et tu veux déjà quitter ta terre et ta famille ! Qu'ai-je fait pour que ma fille soit aussi différente des autres ?
- Un jour, Papa, tu comprendras."

Anicha vit dans un oasis reculée du Maroc. Elle passe le plus clair de son temps à dévorer des livres. Seulement, en se coupant ainsi des autres et du monde, elle oublie les joies simples de l'existence. Jusqu'au jour où elle rencontre un scarabée bleu, posé sur une pivoine. L'insecte devine en elle un potentiel hors du commun. Il va alors l'entraîner dans une quête initiatique à travers Marrakech, puis Tanger, avant d'arriver en Egypte. Après bien des épreuves, Anicha va y découvrir son destin !

Ce roman onirique et resplendissant est un voyage à la rencontre de notre enfant intérieur, cette partie en chacun de nous si vulnérable, belle et forte à la fois.


Avis :

Un petit mot sur la première de couverture que je trouve tout simplement splendide. Je ne sais pas si vous pouvez voir tous les détails mais elle est très travaillée, je salue le travail de l'illustrateur qui a su rendre hommage au travail de l'auteur.

Anicha est une jeune fille de seize ans qui s'est émancipée afin de pouvoir rejoindre la ville et faire des études. Au fil de ses expériences, Anicha passera de jeune fille à jeune femme accomplie qui aura la capacité de comprendre les personnes qui l'entourent et de même les conseiller, les aider.

Ce roman à morale n'est en rien moralisateur. Il nous renvoie à notre adolescence, à notre jeunesse, au moment de notre vie où nous découvrons qu'il y a de la vie en dehors de notre maison, que le monde est grand, que le monde est vaste et qu'il ne demande qu'à être exploré ! Mais attention à ne pas se brûler en sautant quelques étapes.

A travers l'expérience d'Anicha, l'auteur nous incite à ne pas céder à la tentation de l'isolement et de l'enfermement de nos certitudes, qu'il faut s'ouvrir aux champs des possibles. La rencontre avec l'autre doit être vue comme une formidable aventure enrichissante même si elle ne se passe pas comme on le souhaiterait. Il faut se servir de cette peur, de cette fragilité comme d'une force et non comme d'une faiblesse.

Anicha est aux prises de ses livres et de ses lectures qui sont censés lui apporter la clé des découvertes, des choses inconnues qui ne demandent qu'à être apprises. Mais elle va s'apercevoir que ce cher livre qu'elle aime tant a un effet néfaste car elle l'éloigne d'autrui. A partir de cette prise de conscience, elle n'aura de cesse de faire de merveilleuses rencontres toutes enrichissantes les unes des autres.

Evidemment, les rencontres avec les autres ont un coût. Si elle reste très attachée à sa famille et au cocon familial, elle ne pourra pas être présente à chaque évènements majeurs.

Elle fera aussi l'expérience des sentiments amoureux, sentiment qu'elle ne connaissait pas avant. De ses expériences, elle deviendra grande.

Je peux totalement comprendre la crainte des parents de laisser partir leur fille faire ses expériences, vivre sa vie loin d'eux. Je suis parent, je suis maman et j'appréhende un jour que mes bébés quittent mon cocon. La maman d'Anicha respecte son choix mais pour son père, c'est plus dur, il ne comprend pas ce besoin d'émancipation de sa fille.

Au départ, je ne pensais pas autant accrocher à l'histoire d'une part parce qu'il y a un peu de fantastique, d'autre part parce que le récit touche une ado mais contre toute attente, la trame de l'histoire, la plume de l'auteur m'ont totalement convaincu et bien plus encore !

Je ne suis vraiment pas loin du coup de cœur ! Pour un premier roman, bravo à l'auteur qui s'en sort avec brio !

Ouvrage que je ne peux que vous recommander pour la beauté de la "chose" !


Note : 9,5/10


Je remercie les Editions Eyrolles pour cette belle lecture.

jeudi 24 mai 2018

#21 : TTL

Bonjour tout le monde,

Comment allez-vous en ce jeudi ? Pour ma part, ça va ! J'ai eu des soucis avec internet hier mais il semblerait que ce soit revenue à la normale !

Voici mon article sur le "Throwback Thursday Livresque". Vous avez l'habitude à présent, un thème nous est proposé chaque semaine par BettieRose et c'est à nous (moi) d'aller au charbon 😂.

Voici le thème de cette semaine :

Voici mon choix :
En cliquant sur la photo, vous serez redirigé(e) vers mon billet

Pourquoi ? Parce que c'est John Lennon, parce que c'est pour la bonne cause, parce que "Imagine" convient parfaitement au thème selon moi.

Voici le résumé du livre :

Envolez-vous aux côtés de ce petit pigeon porteur d'un message de paix et de tolérance à destination des oiseaux du monde entier, peu important leur couleur ou leur origine.

Adaptation des paroles de la chanson intemporelle de John Lennon, cet album oignant, créé en collaboration avec Amnesty International, IMAGINE un monde de paix.

Imagine est une déclaration puissante, écrite avec un amour sincère et profond de l'humanité, plein d'espoir pour l'avenir.-Yoko Ono Lennon.


Voici un extrait de ma brève :

Je recommande vivement ce magnifique album "Imagine" où la chanson de John Lennon y est retranscrite avec des mots, et de splendides dessins !
Ce joli petit pigeon que vous pouvez admirer sur la première de couverture nous délivre un message d'amour et de paix...


Et vous, quel livre auriez-vous choisit pour ce thème ? Je suis toute ouïe !

Toxique de Niko Tackian

Résumé :

ELLE AIME SABOTER LA VIE DES AUTRES,
ELLE N'ÉPROUVE AUCUNE EMPATHIE,
ELLE POURSUIT UN BUT. ELLE EST TOXIQUE

Mais ça, Tomar Khan, un des meilleurs flics de la Crim, ne le sait pas. Nous sommes en janvier 2016.
La directrice d'une école maternelle de la banlieue parisienne est retrouvée morte dans son bureau. Dans ce Paris meurtri par les attentats de l'hiver, le sujet des écoles est très sensible. La Crim dépêche donc Tomar, chef de groupe 3 de droit commun, surnommé le Pitbull et connu pour être pointilleux sur les violences faites aux femmes.
A première vue, l'affaire est simple, "sera pliée en 24 heures", a dit un des premiers enquêteurs, mais les nombreux démons qui hantent Tomar ont au moins un avantage : il a développé un instinct imparable pour déceler une histoire beaucoup plus compliquée qu'il n'y paraît.


Avis :

En démarrant ma lecture, j'étais loin de me douter de la complexité de l'ouvrage. C'est d'ailleurs ce qui m'a de suite enchantée ! L'auteur ne nous offre pas une histoire mais deux ! Une histoire dans l'histoire pour mieux endormir son lecteur et activer ses sens comme jamais !

Nous allons découvrir Tomar Khan, flic à la très célèbre "36 Quai des Orfèvres". Sa réputation n'est plus à faire. On le connaît pour sa droiture et pour son acharnement à faire son job. On lui a même donné le surnom de "Pitbull" comme le chien qui ne lâche pas prise, pareil pour notre flic ! Il ne lâche rien et se fie beaucoup à son instinct qui ne le trompe presque jamais...

Tomar a un passé un peu trouble, compliqué. Son histoire va nous être racontée au fil du temps, avec parcimonie parce que sinon ce ne serait pas drôle. On comprend les démons qui le rongent de l'intérieur et pourquoi ses qualités de flic sont aussi bons.

En parallèle, nous avons le meurtre d'une directrice d'école maternelle. Le coupable sera vite retrouvé, interpellé. Emballer, c'est pesé ! Les enquêteurs l'ont dit eux-même, en moins de vingt-quatre heures, l'affaire sera bouclée sauf que voilà, Tomar a des doutes. Son intuition (je dirai même sixième sens) lui dit que sous cette banale histoire se cache quelque chose de bien plus complexe...

Lorsque le véritable coupable est mis en lumière, on peut dire que l'auteur ne fait pas dans la demi mesure ! J'ai beaucoup aimé cette façon qu'il a eut de nous présenter les choses car en fait, nous, lecteurs, savons tout ce qui se passe avant les flics. La seule question qui nous turlupine durant toute la lecture est : comment l'auteur va amener les flics sur les traces du coupable ?...

J'adore tout ce qui est thriller psychologique, vous le savez alors ici j'ai été servi avec l'auteur qui manipule comme des pantins ses personnages. On voit les personnages qui en manipulent d'autres pour le plaisir de les détruire. C'est flippant de se dire que l'on peut avoir dans son propre entourage un manipulateur qui prend plaisir à nous rendre malheureux ou pense à nous détruire. Le sociopathe de ce roman m'a fait un peu froid dans le dos, je ne peux vous en dire davantage de peur de vous spoiler mais sachez que cela a été très bien amené par l'auteur même si j'ai eu des sueurs froides 😅.

La psychologie des personnages est bien développée, est bien menée. L'enquête est bien ficelée, elle n'est pas plate bien au contraire, l'auteur nous offre des rebondissements de qualité et des scènes vraiment géniales.

Les chapitres sont courts ce qui fluidifie davantage la lecture. Les lignes défilent, les pages se tournent à une vitesse folle jusqu'à ce qu'on arrive au dénouement final.

Je suis heureuse d'avoir pu découvrir la plume de l'auteur et ce livre. C'est une belle découverte que je ne peux conseiller aux fans du genre.

Je déplore juste d'avoir raté Niko Tackian à deux reprises en espérant que la prochaine fois sera la bonne !


Note : 8/10


Je remercie le Livre de Poche pour ce service de presse.

mercredi 23 mai 2018

La dame du manoir de Wildfell Hall d'Anne Brontë

Résumé :

L'arrivée de Mrs Helen Graham, la nouvelle locataire du manoir de Wildfell, bouleverse la vie de Gilbert Markham, jeune cultivateur.

Qui est cette msytérieuse artiste, qui se dit veuve et vit seule avec son jeune fils ? Quel lourd secret cache-t-elle ?


Avis :

Après vous avoir parlée de la version collector de "Shirley", je vous parle aujourd'hui de la version collector de "La dame du manoir de Wildfell Hall" qui a vêtu une très belle robe. Je ne sais pas vous mais j'aime beaucoup la première de couverture. Elle est simple, belle, épurée.

J'ai beaucoup aimé la lecture de cet ouvrage pour ses personnages. J'ai aimé la façon qu'a eu l'auteur de nous présenter son récit, les points de vue des personnages. Point étonnant pour l'époque, nous commençons par le point de vue de Gilbert puis celui de Helen. J'aurai pensé que l'auteur aurait fait le contraire comme ses consœurs.

J'ai apprécié découvrir Helen dans le regard de Gilbert et des personnages secondaires, j'ai trouvé ça original et agréable. Helen est un personnage que j'ai grandement apprécié au contraire de Gilbert où j'ai eu un peu de mal avec lui. Au fil des pages où l'histoire prend place, on se dit qu'elle a bien fait de repousser les avances de cet homme. Comme quoi, si je ne le sentais pas dès le départ, il y avait bien une bonne raison !

Monsieur Lawrence est un personnage fort apprécié et appréciable au contraire de Gilbert. On sent qu'il y a quelque chose entre Helen et lui...

Lorsque Helen reprend la parole, sous forme de journal intime, j'ai été littéralement transporté par ces mots, par ces pages que je tournais sans m'en apercevoir tant j'ai été happé par ces mots. Cela faisait bien longtemps que je ne mettais pas autant éprise d'un classique.

Mais lorsque Helen a décidé d'épouser Huntington, j'ai été abasourdie, je suis tombée sur les fesses. Je n'ai pas compris sa volonté de se précipiter elle-même aux enfers ! Elle espérait mettre Arthur sur le droit chemin mais ce sera tout le contraire ! A partir de ce moment, j'ai été tellement triste pour Helen que j'en ai limite pleuré, c'est rare mais ça a le mérite d'être souligné.

Arthur est un véritable monstre, il fait subit à cette pauvre Helen des choses tellement horrible que j'en ai eu le souffle coupé à de nombreuses reprises. Cela m'a fait penser à un film que j'ai regardé ce mois-ci sur canal (je ne me souviens plus du titre) où le personnage principal vit un enfer sans nom à cause de son mari religieux.
Arthur est tellement dur, forgé dans sa religion qu'il ne voit pas ou au contraire, il est tellement sadique qu'il voit pertinemment le mal qu'il cause à son épouse. Helen n'entre pas dans son moule, elle est rebelle, indomptable mais c'est ce qui fait son charme, en tout cas, pour moi.

Lowborough était à la recherche d'une femme qui pouvait le sauver alors que Helen cherchait dans le même temps un homme à sauver. Elle s'est malheureusement trompée d'homme... Mais Helen la pieuse va tout faire pour sauver son mari de l'enfer qui l'attend... Elle réussira à sauver un homme mais pas le sien...

La plume d'Anne Brontë n'a rien à envier à ses sœurs. Elle est belle, magnifique, rythmée. On n'a pas le temps de s'ennuyer tant elle est dynamique, fluide. Son plus ? Elle n'a pas peur d'écrire ce qu'elle pense, ce qu'elle veut ! Dangereux pour l'époque mais tellement dans l'air du temps !

Tout ça pour vous dire que "La dame du manoir de Windfell" est un beau roman qui est en avance sur son temps ! Une fois n'est pas coutume avec les sœurs Brontë. Je ne peux que vous le recommander, surtout si vous avez une part de féminisme en vous 😉.


Note : 8/10


Je remercie LP Conseils pour ce service de presse.

J'ai perdu Albert de Didier van Cauwelaert

Résumé :

Pourquoi, après vingt-cinq ans de cohabitation, l'esprit qui hante Chloé l'a-t-il soudain quittée pour sauter dans la tête d'un garçon de café, Zac, apiculteur à la dérive qui ne croit en rien ? La situation est totalement invivable, pour elle comme pour lui, d'autant que cet esprit qui s'est mis à le bombarder d'informations capitales et pressantes n'est autre qu'Albert Einstein...

Dans une comédie romantique haletante où la spiritualité s'attaque aux enjeux planétaires, Didier van Cauwelaert invente avec bonheur une nouvelle forme de triangle amoureux.


Avis :

Pour tout vous dire, je n'ai pas lu la première de couverture. J'ai voulu découvrir ce livre à cause du titre, de la première de couverture que je trouve très belle et pour l'auteur dont j'avais apprécié ces précédents livres. Ce qui m'a fait tiqué une fois en main, c'est le triangle amoureux mais heureusement que cela n'en est pas réellement un...

C'est un roman que j'ai beaucoup apprécié et je comprends pourquoi il y aura une adaptation cinématographique. J'espère que celle-ci sera aussi bonne et fidèle à l'ouvrage.

Ce roman est bourré d'humour comme je les aime ! Les protagonistes sont originaux, sont attachants et tellement barrés que cela donne un récit du tonnerre surtout quand vous avez Albert Einstein qui s'invite dans la partie !

En effet, l'esprit d'Albert Einstein plane sur ce récit et c'est d'ailleurs lui qui va réunir Chloé et Zac... Comment ? C'est très simple ! Chloé est une célèbre voyante qui est connue pour ses dons extralucides. En effet, la belle se fait du pognon sur le dos d'Einstein qui squatte son cerveau depuis qu'elle est gosse. Elle a appris à vivre avec lui, en harmonie. Après tout, c'est son gagne pain !

Sauf qu'un jour, Einstein va se faire la belle pour aller migrer dans la tête de Zac, un apiculteur solitaire qui se serait bien passé de cet invité indésirable ! Lui qui était seul depuis tellement longtemps va se retrouver avec un spectre au-dessus de sa tête qui va le rendre chèvre... Ou pas !

Ce roman totalement loufoque avec un scénario invraisemblable est très cohérent et bien écrit ! La plume de l'auteur est simple, fluide, efficace. J'aime beaucoup son phrasé, sa façon d'écrire, son style. J'ai adoré apprendre des choses sur Albert Einstein que je ne connaissais pas tant que ça finalement.

J'ai aimé la prise de risque qu'a pris l'auteur en laissant Einstein être le narrateur de ce récit. C'est original, il fallait oser ! C'est un bel hommage que rend l'auteur à Albert Einstein qui met cet homme de lumière au devant de la scène. J'ai parfois eu l'impression d'avoir affaire à ce génie durant ma lecture. Je ne le connaissais pas comme je vous le disais plus haut mais j'ai l'impression que l'auteur a bien cerné le personnage.

Albert Einstein est revenu dans notre siècle et est désolé de constater que ses travaux sont restés inachevés et que certaines de ses recherches sont restés à l'état de recherche... Passée la douloureuse, il va se prendre à jouer les marieuses ou Cupidon, et c'est plaisant à découvrir...

Pour ma part, je ne peux que vous conseiller de faire comme moi, se lancer dans la lecture de ce récit où le génie sait encore faire parler de lui.


Note : 8/10


Je remercie Gilles Paris pour ce service de presse.

(Toujours) jeune, (toujours) jolie, maman (mais pas seulement) de Stéphanie Pélerin

Résumé :

Ivana file le parfait amour avec Bruno. Enfin presque... Parce que si le célibat, ce n'était pas de la tarte, la vie de couple n'est pas non plus un long fleuve tranquille. Surtout quand on est aussi maman... Et belle-maman.

Toujours professeur de français, elle a écrit un roman sur ses frasques de célibataire. Et l'invitation d'un charmant présentateur radio à son émission pourrait être l'étincelle qui met le feu aux poudres...


Avis :

J'ai énormément aimé ma lecture ! Pour tout vous dire, j'ai englouti ce livre rapidement ! J'aime beaucoup le style de Stéphie, sa plume, son sourire que je devine entre les lignes, son humour... Je me suis beaucoup reconnue dans Ivana, ce petit bout de femme qui doit mener sa barque tant bien que mal.

Dans ce second opus qui peut être lu indépendamment du premier même si je ne vous le conseille pas, nous retrouvons Ivana quelques années plus tard. Elle est mariée à Bruno avec qui elle file toujours le parfait amour. De cette union est née de faux jumeaux qui lui font tourner la tête mais sans qui elle s'ennuierait assurément et elle est toujours prof de français. Son quotidien est très mouvementé, elle n'a pas de temps pour elle, elle est constamment occupée mais elle trouve le moyen de s'ennuyer !

Sa vie que l'on devine belle et heureuse est parsemée d'embûches. Entre son mari souvent absent pour son travail, ses enfants qui sont des vraies tornades, son job qui lui prend pas mal de son énergie... Et bien, elle a de quoi faire ! Mais elle a trouvé du temps pour écrire un livre où elle a relaté ses expériences de recherche du grand amour sur les sites de rencontre. Un animateur radio a aimé son livre et veut en parler dans son émission de radio. Quoi de mieux que l'auteur pour en parler elle-même ? De ce fait, il a pris contact avec elle, et elle a accepté non sans appréhension de parler de son livre, de son expérience personnelle.

Sauf que voilà, elle est tombée sous le charme de Jérôme, un beau gosse qui ne la laisse pas indifférente mais cela va dans les deux sens. Ivana se sent seule à chaque fois que son mari part en voyage d'affaires, cela va s'empirer quand il va partir pour la semaine à Poitiers, pour son job bien sûr, en compagnie de Martha, sa chef... La pilule va mal passer pour Ivana mais comme à son habitude, elle ne dira rien, elle rongera son frein et finira par se confier à ses amies...

J'ai beaucoup aimé ce nouvel opus même si ce n'est pas encore un coup de cœur, pour le troisième peut-être ? En tout cas, Ivana est toujours aussi déjantée, pleine de détermination, de douceur, de fragilité. Heureusement, elle est toujours bien entourée, de ses amies et sa maman (qui est toujours aussi bizarre !). Elle est devenue une vraie maman (loin d'être parfaite n'est-ce pas !), qui adore ses enfants mais elle aimerait être quelqu'un d'autre qu'une maman. Elle voudrait que son mari la voit comme une femme avant tout parce qu'elle aussi est empreint de désir.

La plume de Stéphie est simple, sans chichi mais efficace. Les chapitres sont courts ce qui fluidifie davantage la lecture. L'humour est partie prenante de ce récit même si de temps à autres, on se retrouve avec des scènes où quelques larmes de-ci, de-là vont couler à travers les personnages.

Ivana est un personnage attachant et touchant. Il lui manque ce petit quelque chose pour que tout aille pour le mieux dans sa vie, et on espère secrètement qu'elle finira par trouver ce petit quelque chose qui l'épanouira complètement.

Ce livre n'est pas un coup de cœur car la fin ne me convient pas malgré la présence d'un épilogue. Ce que je veux, c'est la suiteeeeeeee ! J'espère que l'attente ne sera pas trop longue n'est-ce pas Stéphie ?!

Tout ça pour vous dire que si vous cherchez un livre sans prise de tête, ce livre est une lecture idéale pour les vacances d'été !


Note : 9/10


Je remercie Diva Romance pour cette belle lecture.

mardi 22 mai 2018

La chambre de Jacob de Virginia Woolf

Résumé :

Sur une plage des Cornouailles, Betty Flanders regarde son fils Jacob et ses frères qui jouent dans le sable. Des années plus tard, nous retrouvons Jacob, étudiant en lettres à Cambridge, parmi ses camarades. Bientôt diplômé, le jeune homme apparaît aussi instable dans son existence professionnelle que dans sa vie affective. Mal adapté à la vie moderne, il se demande si la Grèce Antique, objet de ses études, n'offrirait pas un meilleur cadre à son ennui...

Qu'a-t-on dit d'une vie lorsqu'on l'a simplement résumée ? Rien qui touche aux hasards qui l'ont tissée, à la vérité d'un être comme de ses inclinations. Jacob, naît, vit, meurt. Que restera-t-il de lui, lorsqu'il aura disparu ? Des objets dispersés dans une chambre à coucher, indices de lui qu'il fut et qui reste une énigme...


Avis :

C'est le troisième roman de l'auteur et le second que je lis de Virginia Woolf.

Ici, elle dresse le portrait de Jacob, un jeune britannique de la noblesse qui est mort très jeune, au combat, lors de la première guerre mondiale.

L'auteur va nous relater la vie de Jacob enfant jusqu'à l'âge adulte. On apprend notamment que ce jeune anglais était étudiant à Cambridge. Sa mère est devenue veuve très jeune. De ce fait, il a perdu son père très jeune. Sa mère l'a élevé seule avec ses trois frères.

On va le retrouver ensuite à l'âge adulte où il se fera des amis, il fera des rencontres avec le sexe opposé. Il nous emmènera même avec lui en Grèce. Ce jeune romantique rêve d'amour et aimerait le vivre aux regards de tous, pouvoir le crier sur tous les toits.

Jacob n'est pas du genre à réfléchir. Il agit d'abord et voit ce que ça donne et pourtant, il est effrayé. Son comportement n'est pas compatible avec son état d'esprit. Il va puiser sa force dans les livres qui est son refuge, il s'y sent bien. Puis d'un coup, il meurt. Enfin, ce n'est pas dit explicitement mais c'est ce que l'auteur nous suggère...

Je ne vais pas tourner autour du pot, j'ai eu beaucoup de mal avec ce livre ! Il y a beaucoup de longueurs dans le récit qui le rend vraiment très lourd. Certains passages sont vraiment indigestes. On se demande où veut en venir l'auteur et on aimerait qu'elle abrège nos souffrances. Pour autant, cela n'est pas comme ça tout le long du récit et heureusement.

Finalement, on comprend que l'auteur se questionne sur la condition humaine, sur la vie, sur ce qu'il reste de nous une fois que nous sommes morts...

Lorsque la mère de Jacob fera le ménage dans l'appartement de son fils, elle trouvera une paire de vieux souliers... Est-ce la seule chose qui restera de ce pauvre Jacob ? Une paire de chaussures pour dire qu'il a existé un jour ?


Note : 7/10


Je remercie LP Conseils pour ce service de presse.

Shirley de Charlotte Brontë

Résumé :

1812. La province du Yorkshire subit la première dépression industrielle de l'Histoire.

Robert Moore est l'un de ces entrepreneurs dont les filatures tournent à vide.

La timide Caroline, sa cousine, est éprise de lui. Mais Robert ne veut pas d'un mariage si lucratif...


Avis :

Les éditions l'Archipel nous offre une belle édition collector de "Shirley". Je ne sais pas vous mais je craque totalement pour cette couverture ! Je vous ai fait une photo que vous retrouverez en bas de mon article car la première de couverture ne rend pas hommage au travail du maquettiste designer.

Un retour au classique qui fait le plus grand bien et qui change des lectures contemporaines. Retrouver la plume de Charlotte Brontë a été un délice qui a été de courte durée mais que j'ai savouré !

1812, nous sommes dans la province du Yorshire. A cause des guerres napoléoniennes, la province du Yorshire subit sa première dépression industrielle. Les temps sont durs aussi bien pour les ouvriers que pour le patronat. Les ouvriers sont menacés de perdre leur emploi à cause de l'avancée technologique (des machines à outils), de ce fait, ils se révoltent (grève).

Robert Moore est l'un de ces patrons industriels qui se trouve avec des usines vides, sans employés. Très occupé à essayer de calmer le jeu, d'éviter les émeutes et une faillite, il ne s'aperçoit pas que sa chère cousine est très éprise de lui ! Caroline est jeune et timide. Robert n'a pas envie de se marier avec sa cousine, il a une autre personne en vue...

En effet, ce cher Robert songe plus à Shirley Keeldar, une jeune héritière qui vient de s'installer en ville. C'est une jeune femme pleine de vie, entreprenante, qui sait ce qu'elle veut, qui sait ce qu'elle fait et qui fait ce qui lui plaît ! "Capitaine Keeldard" comme on la surnomme déborde d'idées et sait où et comment investir son argent. Elle souhaite aider Robert et ses ouvriers. Est-ce qu'un mariage de raison serait en vue ?

En tout cas, c'est ce que pense cette pauvre Caroline qui croît que son avenir est joué et que son amoureux Robert va se marier avec Shirley... Mais elle va vite comprendre son erreur. Elle ne comprendra pas le comportement de Shirley qui est quelque peu cavalier pour l'époque. Elle repousse les hommes de bons partis qui la courtisent, alors qu'elle est courtoise, agréable, familière, naturelle avec les domestiques alors que dans le même temps, elle n'accorde que peu d'intérêts aux hommes qui l'approchent, je pense notamment au frère de Robert.

Ce dernier envisage de fermer l'usine pour aller vivre au Canada. Malheureusement, cela restera à l'état de projet...

Ce livre m'a plu à tous les niveaux ! Que ce soit pour les personnages, pour le lieu, pour l'histoire... Bref, tout ! Caroline et Shirley sont des personnages totalement différents qui équilibre parfaitement le récit tout comme pour les personnages masculins avec Louis et Robert. L'un est doux tandis que l'autre est "sauvage", du moins pour l'époque.

Dois-je vous parler de la plume de Charlotte Brontë ? Elle nous offre un récit haletant, captivant, un brin en avance sur son temps. Elle nous conte une magnifique histoire d'amour où elle y dresse le portrait très réaliste de la société du 19ème siècle.

"Shirley" est une magnifique lecture que je ne peux que vous recommander ! C'est une superbe lecture qui vous plaira pour sa fraîcheur, pour sa vitalité, pour ses personnages, pour son histoire.



Note : 9,5/10


Je remercie LP Conseils pour ce service de presse.

lundi 21 mai 2018

Saga Rosemary Beach d'Abbi Glines

Coucou,

Vous avez été beaucoup à me demander comment faire pour lire la saga "Rosemary Beach" sans se spoiler et pour suivre l'histoire dans la continuité. Je vous avoue que je comprends votre ressenti, pas facile de suivre une histoire quand les droits ne sont pas toutes dans la même maison d'éditions...

Voici les titres dans l'ordre de lecture que je conseille : (en cliquant sur les titres, vous serez redirigé(e) vers la chronique) :

01. De tout mon être paru aux éditions J'ai lu Rush & Blaire
02. De tout mon corps paru aux éditions J'ai lu Rush & Blaire
03. En plein cœur paru aux éditions J'ai lu Rush & Blaire
04. Dangerous perfection paru chez &moi Della & Woods
05. Simple perfection paru chez &moi Della & Woods
06. En plein émoi paru aux éditions J'ai lu Rush & Blaire
07. Take a chance paru chez &moi Harlow & Grant
08. One more chance paru chez &moi Harlow & Grant
09. Forever mine paru chez &moi Bethy & Tripp
10. Don't go paru chez &moi Mase & Reese
11. Come back paru chez &moi Mase & Reese
12. Best kiss paru chez &moi Captain & ... (dès fois que vous ne l'ayez pas lu, je ne vous dévoilerai pas le nom 😛)
13. In flames paru chez &moi Nan & ... (vous n'espériez pas que je crache le morceau quand même ! 😂)

Voici en images dans l'ordre dans laquelle j'ai lu cette saga. Je n'ai pas été perturbé le moins du monde hormis ma bibliothèque qui fait un peu tâche...

Globalement, cela a été une saga coup de cœur qui m'a marqué. Abbi Glines est un grand auteur dont le talent n'est plus à prouver. J'espère qu'elle continuera à nous faire voyager encore longtemps dans son univers livresque. Elle se donne à fond et ça se ressent à la lecture. Bravo à la traductrice qui a fait un remarquable travail 💖.

#120 : C'est lundi ! Que lisez-vous ?

Bonjour tout le monde,

Comment allez-vous en ce lundi férié ? Un lundi qui nous permet de nous donner à notre passion commune pour la lecture. Voici ce que j'ai lu la semaine dernière :

Ce que je lis :

Ce que je prévois de lire :

Et vous, que lisez-vous ou qu'avez-vous prévu de lire ? Je suis toute ouïe !

In flames d'Abbi Glines

Résumé :

Égoïste, peste, capricieuse : la réputation de Nan n'est plus à faire. Mais sous ces dehors se dissimule un immense besoin d'amour. Et même si elle passe du bon temps avec Major, elle commence à en avoir assez de ses manières frivoles. Surtout après avoir rencontré le mystérieux Gannon qui hante ses rêves, Nan doit faire un choix. Ce qu'elle ignore, c'est que tous deux sont impliqués dans des combines qui la dépassent, et de loin...


Avis :

Contre toute attente, ce dernier tome qui clôture la saga Rosemary Beach d'Abbi Glines et un immense coup de cœur ! La tournure de l'histoire m'a plu malgré quelques menus détails qui m'ont chiffonné.

Selon moi, ce dernier opus est trop court mais très intense. Une fois commencée, vous ne voudrez plus lâcher votre lecture ! Pour ma part, je l'ai lu en moins de trois heures, j'ai tellement été absorbé par ma lecture que je n'ai pas vu le temps passer.

On a toutes adoré détester Nan. Ici, vous la trouverez sous un nouveau jour, dès plus étonnant !

Dans ce tome on apprendra à connaître la vraie Nan, celle que personne ne connaît finalement, même pas son frère. Dès les premières lignes, je savais que j'allais être accroc à ce tome et mon intuition ne m'a pas trompé. J'avais peur qu'Abbi Glines nous propose un dernier opus sur un triangle amoureux, chose que je déteste royalement mais je suis ravie de voir que cela n'a pas été le cas et que toute l'histoire repose sur du suspens comme je les aime.

Nan est donc mise à l'honneur dans ce tome. Nous allons la découvrir dans son passé et dans son présent. On fait petit à petit connaissance de la peste de la ville qui va se montrer sous un jour nouveau. On comprend que sa méchanceté est son mécanisme de défense. L'auteur ne nous met pas de la poudre de perlimpinpin plein les yeux, Abbi Glines ne fait que nous montrer Nan sous un angle dans lequel nous ne l'avons pas encore vu. Nan ne se cache pas, elle assume ses dires et ses actes. C'est un trait de qualité que j'ai énormément apprécié. J'ai appris à apprécier Nan dans cet opus et je pense que ce sera votre cas également. Parce que ce que recherche Nan, c'est d'être aimée et avoir de l'amour en retour. Une chose que sa mère ne lui a jamais donné et cela l'a conditionné dans sa vie d'adulte.

Major va jouer de la faiblesse de Nan pour la faire sienne, pour la rendre dépendante de lui mais quand elle va se réveiller, elle va plier bagage pour se rendre à Vegas où là-bas, elle fera la connaissance d'un Gannon qui va lui faire tourner la tête et bien plus encore. Il n'a rien en commun avec les hommes qu'elle a l'habitude de fréquenter. Il est tellement direct, brut de décoffrage que ça va lui changer des gnian-gnians qui lui font du rentre-dedans à longueur de journée.

Nan n'est pas une héroïne de Walt Disney, c'est une jeune femme blessée qui elle aussi à le droit  à l'amour, qu'on l'aime pour ce qu'elle est, comme elle est, avec ses défauts et ses qualités.

Major est un gosse. Il est tellement immature que je me suis demandée ce que lui trouvait Nan.

Quand à Gannon, il est tout simplement incroyable ! Il a de la poigne, il sait comment gérer une femme comme Nan. Il ne se laisse pas impressionné aussi facilement. Il est l'homme qu'il lui faut, il est parfait à tout point de vue mais il est comme elle, il a une carapace tellement épaisse qu'il ne se laisse pas approcher aussi facilement... Nan a trouvé son maître avec cet homme !

J'ai trouvé judicieux que l'auteur ait décidé de faire intervenir certains personnages au moment clé du récit. Je pense notamment à Mase, Major ou encore Gannon. Je ne peux pas vous en dire plus car je ne veux pas vous spoiler mais sachez que ce tome vous réserve des tas de surprises !

La plume d'Abbi est égale à elle-même magique. C'est une magicienne des mots, des émotions, des sentiments. Elle sait manier les mots et la plume comme personne. Les scènes érotiques avec  un brin de BDSM est une surprise agréable et qui colle bien à l'histoire et aux personnages.

En conclusion, un tome qui clôture une magnifique saga qui dans l'ensemble a été un immense coup de cœur. Abbi Glines a été incroyable, tout le temps, dans chaque tome alors chapeau bas à l'auteur qui est un incontournable de la romance. Elle a su se renouveler à chaque tome avec brio. C'est un auteur que je n'ai pas l'intention de lâcher tant elle est formidable. C'est un auteur incontournable à suivre assurément !

Je pense que vous l'aurez compris mais je vous recommande chaudement cette saga si vous ne la connaissez pas et la lecture de cet ultime opus si vous hésitiez encore.


Note : 10/10


Je remercie &moi pour cette magnifique lecture 😍💝😍.

dimanche 20 mai 2018

Petite éloge de la jouissance féminine d'Adeline Fleury

Résumé :

"Et puis, un jour, j'ai joui." Tout mon corps, toute mon âme. Enfin ! Je n'ai pas honte de la clamer : j'ai joui pour la première fois à trente-cinq ans. La jouissance féminine est une grande fête. Elle est puissante, belle, c'est une joie qui transporte, dans laquelle on lâche prise, on lâche tout, on laisse échapper."
A travers ses lectures, son expérience personnelle, avec des mots poétiques et parfois crus, Adeline Fleury nous fait ressentir, à chaque page de ce livre extrêmement sincère et émouvant, que jouissance et renaissance sont unies, et que plaisir et liberté sont indissociables.


Avis :

Au début, pour tout vous dire, je ne pensais pas que j'allais autant apprécier cette lecture ! J'ai été élégamment surprise par la puissance des mots de l'auteur, de sa façon de nous retranscrire ce récit.

C'est court, c'est bon mais c'est intense ! Alors attention, j'attire votre attention sur le fait que ce livre est pour un public averti.

A trente-cinq ans, Adeline réalise qu'elle n'est pas encore totalement accomplie sexuellement parlant. En effet, elle ne se sent pas épanouie, il lui manque cette petite chose essentielle pour qu'elle se sente mieux, le désir. Elle est mariée depuis treize ans à un homme qu'elle aime. De cet amour est né un enfant, elle a un job mais il lui manque un petit quelque chose pour que tout aille pour le mieux.

Ce livre personnel nous raconte comment Adeline a fait pour trouver le désir du plaisir. Parce que cela peut vous sembler bizarre mais en fait, l'un ne va pas sans l'autre. Elle va puiser dans ses lectures, dans son expérience pour se livrer à nous, lecteurs/lectrices.

A la suite de cette déplorable constatation, elle décide de partir en quête d'elle-même, de trouver le chemin qui la mènera au désir parce que le problème, il est bien là. Alors lorsqu'elle va comprendre d'où vient le désir, cela m'a fait un peu peur pour tout vous dire. Elle ne s'attendait pas (et moi non plus) que pour rallumer l'étincelle de vie du désir qui était en elle, il viendrait d'un inconnu. Lors d'une soirée, un homme va éveiller ses sens rien qu'en posant une main sur son corps. Elle a reçu comme un électrochoc, comme si son corps était sans vie avant sa rencontre avec ce dernier...

La plume d'Adeline est très addictive. Elle a un vocabulaire simple mais efficace ! Parfois cru surtout quand elle nous parle de la jouissance qu'elle a enfin trouvé.

Le corps et l'esprit ne font qu'un. L'un ne va pas sans l'autre.

Adeline revendique, Adeline affirme, Adeline assume. Elle n'a pas peur de crier (enfin d'écrire dans notre cas !) que la jouissance est un état d'esprit. Le corps peut y être mais si la tête ne suit pas, ça ne va pas le faire...

Au début, j'ai été perturbé par la double narration que propose l'auteur : Adeline donc elle et son alter ego Adèle à qui elle fait vivre des sensations formidables.

Tout ça pour vous dire que "Petite éloge de la jouissance féminine" est une belle découverte où la femme affirme son besoin de liberté, de désir. N'ayons pas peur des mots.

Il ne faut pas sous-estimer la puissance des mots qui peut guérir les maux...


Note : 8/10


Je remercie La Musardine pour ce service de presse.

#128 : Mon IMM

Bonjour tout le monde,

J'espère que vous passez un bon dimanche et que vous profitez de ce beau soleil tout comme moi ! Je vous présente dans le billet du jour les livres qui sont venus rejoindre ma longue pile à lire pour mon plus grand bonheur 😍 !

Et vous, quel(s) livre(s) avez-vous acheté ou emprunté cette semaine ? Je suis toute ouïe !